mercredi 15 avril 2015

Lecture : mes deux derniers coups de coeur!

Je regrette de ne pas pouvoir lire plus de livres, faute de temps. En revanche, si un livre me passionne, je peux le "descendre" assez vite...c'est ce qui est arrivé avec les 2 romans dont je m'apprête à vous parler. Le genre de bouquin qu'on ne peut décemment PAS poser, ni pendant le repas, ni avant de dormir, ni pour aller aux toilettes...


Le premier? Un beau pavé de 800 pages. Et le 1er tome d'une trilogie... Fall of Giants de Ken Follett.



Je suis tombée dessus l'été dernier, dans le rayon VO trop peu fourni de la bibliothèque de ma ville. Je l'ai emprunté par curiosité : l'Angleterre, la 1ère Guerre Mondiale, autant d'arguments pour me convaincre d'y jeter un coup d'oeil... avant de réaliser que mon prêt d'1 mois ne serait pas suffisant pour lire ce pavé, qui m'intéressait pourtant... Je l'ai donc commandé et l'ai emmené en vacances, le délaissant parfois pendant des jours voire des semaines faute de temps ou parce que j'avais d'autres choses à lire en priorité... pour finalement le boucler la semaine dernière. Dans la foulée, j'ai commandé le deuxième tome, mais j'attends encore un peu, histoire de "digérer" le 1er...

Venons-en à l'intrigue. L'auteur mêle le destin de familles anglaises, russes et américaines, issues de la noblesse ou de la classe ouvrière, à l'aube de la 1ère Guerre Mondiale. Bien documenté, le roman retrace tout le processus d'enclenchement de la guerre, de l'assassinat de Franz Ferdinand à la signature de l'armistice. Sont également abordés les thèmes des Sufragettes, de la naissance du Labour Party en Angleterre, l'entrée des Etats-Unis dans le conflit ou encore des conditions de travail des mineurs... 

Les vies privées et professionnelles de chaque personnage sont décrites avec soin et le roman alterne agréablement les passages historiques avec des passages plus romancés. C'est peut-être le reproche que je pourrai faire à ce roman : le côté un peu "niais" de certaines histoires d'amour...de même que je trouve peu crédible le fait que tous ces personnages qui, vivant aux 4 coins du monde, se croisent tout de même à plusieurs reprises au cours de leur vie... le monde est tellement vaste que cela m'a paru un peu forcé, pour une coïncidence... 

Mais cela reste une lecture très agréable, surtout si l'on s'intéresse à l'Histoire.  Le Tome 2 se déroule pendant la 2de Guerre Mondiale et l'on suit cette fois-ci le destin des enfants des personnages du 1er tome...



Vient ensuite mon 2ème coup de coeur : The Casual Vacancy de JK Rowling.


Ce n'est pas un secret, je n'ai jamais accroché à Harry Potter. J'ai lu les trois premiers tomes histoire de me donner bonne conscience, mais rien à faire, ils ne m'ont fait ni chaud ni froid... Et puis j'ai entendu parler de ce nouveau roman, pour adultes cette fois (oui, je sais, beaucoup d'adultes lisent et adorent HP! Mais c'était un livre destiné aux djeunz, on est d'accord?)

J'ai tenté une première lecture. Mais me suis perdue dans les différents personnages,  le style un peu difficile...J'aimais bien, mais je n'avais pas assez de force pour m'accrocher.  En regardant BBC Breakfast je suis tombée par hasard sur la scénariste de l'adaptation télévisuelle, qui allait être diffusée sur BBC One. Je me suis dit que j'allais y jeter un coup d'oeil, comme ça, pour voir...et j'ai beaucoup aimé. Et je me suis naturellement jetée sur le livre une fois les épisodes visionnés. Et cette fois-ci, je ne l'ai pas laissé tomber. L'un des élements qui m'ont poussée à le relire, c'est que j'avais lu que la fin du livre était PIRE que la fin de la série (déjà bien difficile...)

Regarder la série m'a été bénéfique, car même si celle-ci prend quelques libertés par rapport au roman, elle m'a quand même bien aidée à mieux identifier les personnages, retenir leur nom, comprendre l'intrigue... Parlons justement de cette intrigue. "A casual vacancy", c'est le poste vacant d'un conseiller municipal, en l'occurrence celui de Barry Fairbrother, terrassée par une rupture d'anévrisme. Il va donc falloir élire un nouveau représentant, et c'est cette course à l'élection qui est décrite tout au long du livre. L'histoire se déroule à Pagford, petite bourgade tranquille d'apparence, jusqu'à ce qu'on s'immisce dans la vie privée des personnages qui sont loin d'être parfaits, voire plein de vices...humains, quoi!  

La psychologie des personnages est fine et complexe à la fois, toutes les couches de la société sont représentées et toutes ces vies sont délicatement entrecroisées, suscitant tour à tour la pitié, l'agacement, l'affection...

Bref, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, et j'étais bien triste de tourner la dernière page de mon Kindle. Je crois toujours ne plus avoir l'occasion de lire d'autres si bons livres...jusqu'au prochain ;)





jeudi 9 avril 2015

Home is where the heart is

Je me sens si bien dans mon appartement...

J'ai visité une maison très chouette il y a deux semaines, avant de me résigner : une jolie maison de domestiques dans la cour d'un hôtel particulier ayant appartenu à l'architecte de Napoléon (true story!) mais une seule chambre et un budget trop serré! 

Je l'ai eue mauvaise pendant quelques jours, avant de me dire que j'étais quand même bien dans mon appart actuel, bien qu'en location. Il est grand, lumineux, moderne et calme alors pourquoi chercher ailleurs pour le moment? 

Je me vois bien y vivre encore quelques années, du moins il faudra que je trouve une super occasion pour acheter, et à ce sujet je suis assez exigeante... 
En attendant, je continue donc de décorer mon appartement pour m'y sentir encore plus comfortable


J'ai flashé pour ce cadre déniché à 5 euros et des poussières chez Noz (mine d'or soit dit en passant, si on aime fouiller), le message m'a interpellée...
 
 

Ce miroir, en plus d'être joli, a une immense valeur  affective pour moi. Je suis heureuse de l'avoir récupéré et l'ai placé dans ma chambre, sur ma table de chevet, pour admirer ma tête au réveil (HAHA)


Le mur au-dessus de mon bureau était vide et tristoune. J'ai aujourd'hui retrouvé ma motivation pour bosser (HAHA Bis)  grâce à un Business Cat trop mignon (Cadre Alinéa) et un petit cadre super kitsch en osier et coquillages déniché pour un maigre euro sur une brocante.





Avant, quand mon cher et tendre venait à la maison, avec mon seul bureau, l'un de nous finissait forcément par bosser sur la table du salon, (bon, dans un fauteuil Poang de chez Ikéa, y a pire). Or, moi si je ne suis pas sur un vrai bureau, j'ai vraiment trop de mal à me concentrer ( bon, sur mon bureau aussi, mais au moins je ne suis pas face à la télé...). L'affaire a été réglée en 2 minutes (et 35 euros), avec une planche et des tréteaux achetés chez Ikéa (mon temple) et nous disposons dorénavant chacun d'un espace de travail  (même si je squatte les deux bureaux quand mon chéri n'est pas là). 
Pour la touche déco, une main en bois (Gifi), une petite plaque métallique pour me rappeler de quoi je suis prof ;) (Gifi aussi), des cartes et des supers cahiers dénichés chez Noz encore (ils viennent de GB en plus! Une mine d'or je vous dis...)

See ya!