lundi 18 avril 2016

Cinéma...Tchitchaaaa*


J'ai vu deux chouettes films pendant les vacances.

Le 1er film en question, c'est 'Hungry Hearts'.

Deux éléments m'ont poussée à vouloir le voir : le synopsis et aussi  la présence d'Adam Driver.
Oui, cet Adam-là : 

Z'étaient mignons ces deux-là quand même...

Il est donc question dans ce film d'un couple de jeunes New-Yorkais qui se retrouvent parents d'un petit garçon de manière plutôt précipitée, mais qui s'en trouvent tout de même très heureux. 



Problème : dès la naissance du petit, la mère développe une méfiance vis-à-vis du corps médical et du monde extérieur en général, et se replie sur elle-même en y entraînant son rejeton, à qui elle applique un végétalisme drastique, et potentiellement fatal. Le père du bébé, Jude (Adam,donc) se retrouve donc tiraillé entre l'amour qu'il porte à sa femme et la peur de voir son bébé mourir. 


Ne vous laissez pas décourager par la première partie du film qui peut paraître un peu rébarbative. La suite est beaucoup plus intéressante bien que, à mon humble avis, plutôt convenue, surtout la fin. Les acteurs sont bons, la lumière est jolie, une fois les premières minutes un peu molles passées ce fût un bon moment de cinéma. Fait du hasard, j'ai regardé le lendemain l'épisode de Girls dans lequel Adam s'occupe avec soin du bébé de sa soeur après la fuite de celle-ci...

Mon deuxième coup de cœur, le voici, 'Brooklyn'


Eilis quitte son Irlande natale pour migrer à Brooklyn comme nombre de ses compatriotes avant elle. L'adaptation est difficile et le mal du pays persistant, mais sa rencontre avec un jeune plombier Italien va changer la donne. 


La contrainte de retourner au bercail à la suite de la perte d'un proche va les précipiter à se marier en secret pour sceller leur union avant son départ. Problème, son retour en Irlande va se prolonger au-delà du délai prévu, et surtout, surtout, qui apparaît dans la vie d'Eilis??? 


Domnhall Fucking Gleeson

La voilà tiraillée entre son mari Américain et ce gentleman Irlandais très aisé et bien élevé. Je ne vous dirai pas qui elle choisit, mais pour moi le choix fût vite fait. 

Indice : 
Je sais, c'est nul. Tellement nul que je vais m'arrêter là, éteindre la lumière et sortir.

Je finirai juste en précisant que dans ce film, les fringues (époque 1950's) sont à se damner.





Moi devant le film (c'est pas une vraie photo de moi hein.)



* Référence qui ne sera comprise que par les plus de 25 ans et/ou dont les parents étaient abonnés à Canal Plus.